samedi 21 décembre 2013

Histoire de l'espionnage (le livre nid d'espions)

Josephine Baker, member of the French Resistance, Counterespionage during WWII
Information
L'on cherche  ces jours une femme à  honorer au Panthéon. Et pourquoi pas Josephine Baker ?


Citation
"On doute
la nuit...
J'écoute:
tout fuit,
tout passe;
l'espace
efface
le bruit."
[Victor Hugo, Les djinns]

Lien

Agenda
"Expionnage : les espions se livrent" à la BILIPO (bibliothèque de littérature policière, Paris) du 15 novembre 2013 au 24 mars 2014. 50 rue du Cardinal Lemoine - Paris 5e, du mardi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 10h à 17h / Fermetures les dimanches, lundis et jours fériés. Entrée libre
À partir des fonds de la BILIPO, mais aussi des collections historiques des services français, cette exposition va dévoiler la relation trouble et complexe entre les services de renseignement et l’écrit, de 1800 à 1989.

Écrivains espionnés, écrivains espions et écrivains d’espion- nage nous révèlent comment s’est bâti un pan de l’imaginaire moderne à travers la littérature populaire et le cinéma.

Document
De la diffusion des sciences à l’espionnage industriel : XVe-XXe siècle : actes du colloque de Lyon, 30-31 mai 1996 de la SFHST
Longtemps considéré comme une annexe malsaine de l’histoire des sciences, l’espionnage scientifique, de la production locale de la soie sous le règne de Louis XI à la fabrication de la bombe atomique, révèle des enjeux individuels, collectifs, disciplinaires qui ne peuvent être séparés de la montée des nationalités. Voyages, missions, rapts, contrats, rachats sont quelques repères qui permettent de défaire le secret des procédés, des méthodes, des inventions tandis que les États produisent un arsenal législatif et règlementaire pour protéger leurs entreprises des rivalités étrangères.
Où l'on apprend notamment les mythes derrière la protection des mystères de la fabrication de la soie, relatés sur Mythologie des routes de la soie : Secret, légendes et déformations.


eMedia
A l'occasion d'une exposition "eXpionnage : les espions se livrent" à la BILIPO (bibliothèque de littérature policière, Paris) du 15 novembre 2013 au 24 mars 2014, la Fabrique de l'histoire propose quatre épisodes sur l'histoire des espions, de l'espionnage et du renseignement. Le premier est un retour de l'intérieur sur l'affaire Farewell (les réseaux soviétiques en Europe au début des années 1980), avec deux anciens de la DST. L'épisode 2 remonte à la guerre froide et aux époux-espions Ethel et Julius Rosenberg. Le troisième traite de la fiction et de l'espionnage, mais aussi du statut de écrit dans les professions du renseignement, entre mythes littéraire et cassage de code, en passant par des vêtements de soie à poches secrètes pour les femmes espionnes. Le quatrième revient sur les raisons d'amour et de désamour entre nations et espions. Et voila... où l'on apprend que le bouillon-cube Maggi aurait pu cacher des plans d'une invasion allemande.

Cette semaine à la Fabrique, nous nous intéresserons à l'histoire des espions. Aujourdhui, entretien avec Jacky Debain, sous-directeur du contre-espionnage à la DST pendant neuf ans et Raymond Nart, directeur-adjoint de la DST pendant dix ans, responsable du contre-espionnage et de la lutte anti-terroriste, ils ont publié chez Nouveau Monde éditions «L'Affaire Farewell». 
Lui avec ses lunettes et sa moustache, elle avec son col d’astrakan et son chapeau posé sur une sage mise en plis, les époux Rosenberg sont immortalisés par un photographe de presse sur le banc des accusés séparés par une grille de sécurité, la photo fera le tour du monde. Julius et Ethel Rosenberg ont défrayé la chronique au début des années 1950 au point de devenir les figures emblématiques du déclenchement de la Guerre Froide entre les Etats Unis et l’Union soviétique pour avoir transmis le secret de l’arme nucléaire à Moscou.  Ces espions atomiques exécutés sur la chaise électrique en 1953 ont symbolisé pour longtemps le martyr des communistes dans l’Amérique de Mac Carthy. La CIA délivre au compte goutte les pièces du dossier et les espions soviétiques en retraite donnent leur version de l’affaire Rosenberg sans pour autant désarmer les partisans d’un réexamen de leur procès afin que le délit d’opinion soit dénoncé.  L’affaire Rosenberg a vu s’exprimer le monde entier sur la culpabilité des accusés et la pertinence de la peine de mort qui les a frappés.

Avec André Kaspi, historien, auteur de "Des espions ordinaires", Larousse, Paris, 2009 ; René Sazerat, ancien président de l'Association pour le réexamen du procès des époux Rosenberg en France ; Gilles Manceron, historien, membre de la LDH ; Henri Leclerc, avocat, à l'époque étudiant indigné ; Romain Hurel, historien.
Espions 3/4 : Espions et littérature

Avec les commissaires de l’exposition Bruno Fuligni, historien et écrivain, Catherine Chauchard, responsable de la BILIPO et Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ancien résistant, historien spécialiste de la Seconde guerre mondiale, balade dans l'exposition «Expionnage, les espions se livrent» sur la relation trouble et complexe entre les services de renseignement et l’écrit, de 1800 à 1989, à partir des fonds de la BILIPO (Bibliothèques des Littératures Policières) et des collections historiques des services français.
Espions 4/4 : L’espion, du traitre au patriote

Stéphane Genêt, professeur dans le secondaire, auteur notamment de "Les espions des lumières. Actions secrètes et espionnage militaire sous Louis XV" (éd. Nouveau Monde).

Avec Yannick Dehée, historien des médias, dirige les éditions du Nouveau Monde ; Aude Cirier, historienne, spécialiste de l’Italie médiévale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire